DTSI : La lettre des élus CE – Aout 2019

Commentaires fermés sur DTSI : La lettre des élus CE – Aout 2019 72

 

 

 

 

Pas de répit pour les SDIT !

Au CE DTSI d’août ce ne sont pas moins de 4 dossiers immobiliers qui ont été présentés aux élus avec le Nouveau Nancy, Bagneux-Resonance, Saint Quentin en Yvelines 2022 et New Nantes.

32 points immobiliers proposés depuis décembre 2017, aux ordres du jour du CE, concernant une vingtaine de projets immobiliers, avec une généralisation du tout open space et du flex-office, une organisation où les salariés n’auront pas de places attribuées sur les futurs plateaux.

La CFDT prend acte de la gestion des projets immobiliers par la Direction et déplore la propension à ne pas communiquer clairement ses intentions aux  IRP et à préférer une communication marketing, pour rechercher l’adhésion du personnel sur des éléments « vendeurs », comme les salles de repos, de détente et les espaces conviviaux ! Est ce pour séduire ou ne pas inquiéter les salariés ?

La ligne directrice des projets immobiliers présentés dans les CE met en avant une généralisation du tout open space, des espaces dynamiques, du flex-office et du clean desk.

C’est une organisation où les salariés n’ont pas un poste de travail attribué mais doivent se déplacer sur la position adaptée à la tâche du moment notamment pour téléphoner, pour travailler sur écrans, pour parler en petit groupe, pour faire un travail concentré, pour une réunion et cela au gré des besoins de la journée de travail.

La CFDT dénonce les points suivants portés par tous les dossiers SDIT :

  • Ces dossiers s’appuient sur la généralisation du concept des positions de travail non attribuées 
  • La limitation des surfaces de travail individuelles au profit des espaces collectifs
  • L’installation d’environnements standardisés conçus sans l’étude des besoins du travail actuel et à venir de ceux qui vont les occuper
  • Le manque de prise en compte de l’expression des salariés dans les ateliers dits de « Co construction » par la Direction
  • La propagande sur des qualités annexes des projets (baby-foot, bibliothèque, espaces de détente, etc.) en occultant les difficultés qu’auront les salariés à s’adapter aux installations et aux nouvelles organisations du travail
  • Le recours à des règles de vie contraignantes pour s’adapter à l’espace de travail

Pour la CFDT, ce n’est pas une amélioration des conditions de travail.

La CFDT rappelle que, confrontés aux effets des « contraintes » ou des « agressions », les salariés n’ont, comme tous les humains, que trois alternatives * :

  • Fuir par le télétravail, voire la démission 
  • Inhiber
  • Combattre

(*) : Voir les travaux de Henri LABORIT (médecin chirurgien et neurobiologiste) : « éloge de la fuite » et « Mon Oncle d’Amérique »

La CFDT demande instamment à la Direction de reconsidérer l’ensemble de sa méthode et de ses actions pour conduire ces projets Immobiliers.

Pour concevoir ces espaces de travail la Direction ne respecte pas :

  • Les normes et les recommandations de l’INRS 
  • Les accords d’entreprise (accord sur les grands projets immobiliers, accord vie privée vie professionnelle, organisation du travail et prévention des RPS)
  • Les avis des instances des représentants du personnel et des rapports d’expertises

La Direction ne cherche pas à analyser les besoins des métiers et des salariés. Elle impose aux salariés de s’adapter à des espaces inappropriés à leur activité.

 

La CFDT alerte l’Entreprise sur les risques :

  • Psycho-sociaux et les dangers encourus par les salariés qui travailleront dans ces environnements 
  • De désinvestissement, de baisse de productivité, de l’accroissement des arrêts maladies, la perte de confiance, la dégradation de l’image et des résultats économiques de l’entreprise

La CFDT rappelle l’obligation de résultat et la responsabilité de l’employeur sur la santé des salariés.

La CFDT alerte la Direction des conséquences économiques et sociales des projets immobiliers et réclame que la Direction applique ses accords et ait une véritable politique de prévention primaire. Elle doit prendre en compte les alertes émises par les nombreux CHSCT et IC-CHSCT concernés.

Dans un contexte qualifié de sensible par les dernières enquêtes du CNPS, la CFDT demande de suspendre le déploiement des projets immobiliers afin d’examiner leurs implications humaines et environnementales et de dresser un bilan des projets déjà aboutis.

 

En septembre, c’est aussi la rentrée.

La CFDT soutient l’organisation d’événements proposés par des associations de personnels pour l’ensemble des salariés de DTSI, d’un ou plusieurs sites géographiques, sur la base d’activités collectives, culturelles ou sportives, telles que Badminton, Jeux de Société, Zumba ou Yoga.

L’objectif est le développement du lien social entre les salariés d’Orange en réponse aux attentes des ouvrants – droit du CE DTSI.

Depuis le début de l’année, le CE a subventionné 3 associations :

« LACARTE » sur le site d’Arcueil Orange Village

« CLIPS » sur le site de Pessac

« DeiSeL » sur le site de Paris Kellermann

Rejoignez-les

 

Téléchargement: La Lettre des élus CE DTSI – Aout 2019

 

 

 

 

Michael

Voir tous les articles de : Michael

Articles similaires

Nous connaître

Qui sommes nous ?

Abonnez-vous à notre newsletter

Aenean id, leo justo commodo libero. ut porta. venenatis, leo. vel,