DTSI : La lettre des élus CSE – Février 2020

Commentaires fermés sur DTSI : La lettre des élus CSE – Février 2020 64

C’est pour quand les colonies de vacances ?

Vacances enfants, garde d’enfants, PAS handicap : Toujours inaccessibles pour les salariés de DTSI au niveau du CSE Central. C’est une situation inadmissible qui perdure depuis les élections du CSEC.

 

Pourquoi cette situation ubuesque ?

La première Organisation Syndicale à Orange, la CFE CGC n’assume pas ses responsabilités au motif qu’elle ne peut pas obtenir une majorité de gestion pour mettre en œuvre son programme ASC. Dans sa logique, elle refuse d’appliquer un programme ASC proposé par d’autres OS. 

 

La CFDT condamne ce déni de démocratie où la première organisation syndicale ne prend pas ses responsabilités vis-à-vis de l’ensemble des salariés.

 

Le bout du tunnel ?

La CFDT souhaite que cette situation ubuesque prenne fin dès la prochaine séance du CSEC courant mars et que les salariés pénalisés par cette situation puissent demander les prestations du CSEC.

 

Les SDIT se suivent, se ressemblent et rassemblent les élus !

Orléans, Nancy, Toulouse, Montpellier, le Tour de France des SDIT continue ! C’est un véritable marathon qui a démarré en 2019 pour les élus et la Direction. Ces dossiers présentés par la Direction ne répondent pas aux exigences des élus. L’ambiance était pour le moins électrique pour ce CSE du mois de février en témoignent débats animés et nombreuses interruptions de séance.

SDIT de Toulouse, Montpellier, SKY 56 mêmes combats !

Échaudés par la présentation des dossiers SDIT incomplets et traités comme le désastreux SKY 56 de Lyon, les élus du CSE, ont refusé et demandé le report de cette première phase d’information par une décision unanime. C’est l’extrême pauvreté d’arguments sur les transports, le confort des emménagements, l’équilibre vie professionnelle /vie privée, suivi du projet qui a motivé cet élan unanime des élus.

Il est évident que ceux-ci attendent avec impatience le bilan de SKY 56, alors que visiblement la Direction ne souhaite plus entendre parler de ce projet raté.

Pas mieux pour les SDIT d’Orléans et de Nancy !

Ces dossiers se rapprochent de ce qui a été fait au Grand Stade de Lille avec une concession de la Direction d’abandonner le Flex, et une vision exclusivement financière !

Les élus ont fait pression en demandant le respect de l’Accord sur les Grands Projets Immobiliers pour mandater une Commission Santé Sécurité et Condition de Travail Temporaire pour chacun de ces SDIT, au grand dam de la Direction qui n’en souhaitait qu’une seule.

 

 

Téléchargement : La lettre des élus CSE DTSI Février 2020

 

 

Mots clés : , ,
Michael

Voir tous les articles de : Michael

Articles similaires

Nous connaître

Qui sommes nous ?

Abonnez-vous à notre newsletter

in velit, massa libero. id neque.