Cadres et cadres sups : la CFDT s’inquiete et ecrit au PDG

Commentaires fermés sur Cadres et cadres sups : la CFDT s’inquiete et ecrit au PDG 137

 

CADRES ET CADRES SUPERIEURS:

LA CFDT S’INQUIETE ET ECRIT AU PDG

 

 

 

 

 

Partage autour du sens de la stratégie, reconnaissance des compétences acquises durant le parcours professionnel : les mobilités des collègues cadres fonctionnaires et contractuels doivent elles aussi se faire dans les règles. Sans ces prérequis ou avec des perspectives restreintes de mobilités au sein des bassins GPEC, un sentiment de déclassement peut naître et engendrer des situations à risques voire des conséquences importantes pour les salariés. La CFDT souhaite davantage de prévention à l’heure où cela reste encore possible. Un devoir pour une direction digitale et humaine !

Monsieur le Président Directeur Général,

Nous sommes alertés depuis quelques semaines grâce à notre réseau de militants sur une série de faits convergents: l’inquiétude semble grandissante parmi les cadres et cadres supérieurs de notre entreprise. Les projets impactant les effectifs, la mobilité et/ou la charge de travail des cadres supérieurs se multiplient et se percutent. Un ressenti de time to move sans perspectives d’avenir heurte aujourd’hui une partie de ces collègues.

 

Ancrage territorial des DO, fusion Pro Pme, des UI, localisation des postes d’Orange MEA, réorganisation de la DRH Groupe etc. : nos fonctions supports, transverses et nos directions sont compressées et la multiplication des projets freinent les opportunités naturelles liées aux mobilités internes ; moins d’offres sont disponibles ou certaines avec mobilités géographiques à grande échelle. Des cadres supérieurs fonctionnaires et contractuels nous ont témoigné être reçus par leur hiérarchie pour se repositionner, vis à vis de dossiers dont les procédures d’informations-consultations viennent à peine de débuter. A la lecture des documents, la CFDT craint que des centaines de cadres supérieurs ne soient mis sur la touche sans accompagnement, ni formalisme, ni reconnaissance du travail accompli. De plus, la vision des Nouveaux Environnements de Travail nous fait craindre une déstabilisation des managers dans leur fonction et leur rôle.

 

Aujourd’hui, la CFDT demande plus de transparence sur les volumes de collègues cadres supérieurs impactés par ces différents dossiers. Ce manque de visibilité globale associé aux inquiétudes concrètes remontées par notre réseau de militants et d’adhérents nous alerte quant aux conséquences individuelles et collectives qu’elles peuvent entrainer sur les salariés de l’entreprise. Le sentiment de « mobilité forcée » ou d’être « mis de coté » revient dans les expressions de nos collègues qui ne se retrouvent plus au sens propre comme au sens figuré dans les futurs modèles envisagées au sein des multiples projets dans nos entités. Le sens du travail et la stratégie sont, dans certaines entités, peu partagés, du fait de nombreuses injonctions paradoxales qui démotivent parfois les collègues, comme c’est le cas chez DEF et SCE du fait de Delivery et Compliance et chez TGI où la croissance du marché de l’innovation et le renforcement de la concurrence se confrontent à la décroissance des effectifs et ressources coté Orange.

 

Par ailleurs, dans d’autres entités, la charge de travail excessive et la pression actuellement constatées chez les cadres et cadres supérieurs, notamment chez WIN, nous questionnent. Dans certains métiers à OFS ou DGC, le critère de l’age est invoqué, lors de refus de mobilité interne et un certain jeunisme semble devenir de plus en plus fréquent, parfois au détriment des compétences, de la motivation et de l’expérience. Cette fracture entre séniors et jeunes nous choque d’autant plus qu’elle est bien souvent sans fondement objectif. Des chefs de projet, quant a eux, découvrent encore aujourd’hui que des prestataires avec lesquels ils travaillent ne sont pas reconduits.
Chez DTSI, la mise en œuvre du nouveau référentiel métiers de l’entreprise donne le sentiment d’une non reconnaissance des fonctions d’encadrement.Le manque d’accompagnement et de coaching vis à vis des cadres supérieurs souhaitant se repositionner ou évoluer renforce ce sentiment de mise a l’écart.

 

Ces craintes justifiées des cadres et cadres supérieurs d’Orange doivent être prises en compte par l’entreprise, et partagées en toute transparence avec les organisations syndicales et les IRP. En vous remerciant de votre prise en compte, nous souhaitons pouvoir vous rencontrer afin d’échanger sur ces sujets d’importance et d’inquiétude pour la CFDT. (…)

 

Téléchargement: Cadres et cadres supérieurs: La CFDT s’inquiète et écrit au PDG

Michael

Voir tous les articles de : Michael

Articles similaires

Nous connaître

Qui sommes nous ?

Abonnez-vous à notre newsletter