DO Est : En Direct du CE – Spécial fusion des UI – Octobre 2018

Commentaires fermés sur DO Est : En Direct du CE – Spécial fusion des UI – Octobre 2018 253

Fusion des Unités d’Intervention :
une énorme unité !

L’UI Alsace Lorraine et l’UI Bourgogne Franche Comté vont former une seule UI Est dont le siège sera à Vandoeuvre-lès-Nancy. Le but est de simplifier les décisions pour une meilleure intervention et mettre en commun les ressources. La DO Est compte 5400 salariés répartis ainsi : 2100 dans la nouvelle UI Est et 3300 dans 7 autres unités. Quel avenir pour ces unités ? Employeur à taille humaine ?

Un exemple : les Conduites d’Activité seront au nombre de 4 c’est-à-dire 2 issues de l’UI AL et 2 pour l’UI BFC… pas de changement d’organisation ? Resteront-elles à 4 ? Seront-elles spécialisées ?

La CFDT s’interroge sur le devenir des autres unités de la DO et les impacts sur le terrain. Suite aux nombreux départs annoncés, que seront les conditions de travail des salariés restants ?
Votes : 13 votes contre (toutes les organisations syndicales)

La CFDT porte les inquiétudes des salariés et estime que, à l’amorce de ce projet, la situation est déjà très tendue. Plusieurs équipes rencontrent des situations très compliquées voire critiques.


La CFDT suivra avec attention les préconisations des expertises Emergence et Anthropie pour que les salariés continuent à travailler dans des conditions acceptables.

L’avis de la CFDT

La CFDT n’a pas pour habitude de s’opposer systématiquement aux évolutions dans l’entreprise, pour preuve la CFDT a émis des avis
positifs en CHSCT comme en CE sur le projet de mutualisation de la GTC entre l’UI AL et l’UI BFC ou encore sur le projet OGPC.

Les chantiers de transformation très nombreux, les changements de périmètres et/ou d’activité, le tout dans des conditions d’accompagnement et de formation dégradées, sont autant d’éléments qui provoquent une perte de repères pour le personnel.
L’évolution de l’intervention ne s’arrête à la recomposition de l’équipe dirigeante, elle doit prendre en considération la situation actuelle des salariés en quête de sens dans leur métier.

Ce projet implique l’éloignement des gestionnaires et lieux de décision et amène de nouvelles et vraies interrogations.

Les disparités notamment en matière de pratiques de travail entre l’Alsace/Lorraine et la Bourgogne/Franche Comté font peur à de nombreux collègues. L’harmonisation des pratiques ne peut se faire qu’avec un travail de co-construction et non pas de manière verticale. Aussi l’ensemble des Instances Représentatives du Personnel, mais aussi les salariés sur le terrain, doivent être consultés et écoutés. Durant l’été un travail considérable a été effectué. Les constats sont nombreux.

Le rapport de l’expertise Emergence, mandatée par les 3 CHSCT, fait un constat de la situation avant-projet. La situation des UI n’est pas de nature à rassurer. Force est de constater des situations compliquées en termes d’effectifs dans plusieurs équipes, des surcharges de travail pour des salariés et managers. De nombreuses préconisations sont aussi émises par cette expertise : l’homogénéisation indispensable des pratiques de travail, la nécessité d’associer les salariés aux évolutions et la stabilisation des plateaux de la Conduite d’Activité.

L’expert mandaté par l’entreprise, Anthropie donne aussi une multitude de pistes : l’harmonisation des conditions d’emploi (source de tensions pour les managers et les équipes) et des pratiques (trop hétérogènes). C’est un  enjeu bien au-delà de la fusion des UI. Ces enjeux nous rappellent la Lettre d’Orientation de l’Intervention qui fixe tous les ans une vision du futur et le cap à tenir. A noter aussi pour ne pas les oublier, le travail effectué par les Groupes de Prévention Pluridisciplinaires. Leur travail est axé sur les thématiques transverses et les thématiques métiers.

A la vue de tous ces constats et des recommandations émises, il  conviendrait maintenant à la future UI de s’emparer de l’ensemble de la
problématique. Rassurer les salariés nous semble être la première des priorités. Ce n’est pas la fusion des UI qui est la source de transformation en profondeur. Les Lettres d’Orientations du Réseau et de l’Intervention fixent bien la transformation de l’ensemble des métiers en UI, aussi bien les Conduites d’Activités que les Techniciens en Intervention. Sur les annexes de cette lettre, tous les métiers sont décrits, sans exception.

Aujourd’hui un nouveau chapitre s’écrit, il doit être le point de départ. La fusion des UI aura au moins mis à plat l’ensemble du problème des UI.

Comment l’UI BFC peut-il être en situation de crise depuis le début de l’année ? Que dire quand des techniciens attendent du travail pendant la journée ? Que dire de certains salariés qui s’interrogent sur la pertinence de leurs heures supplémentaires ? Que dire des directives qu’ils ont du mal à appliquer et à comprendre ? Que dire de la sous-traitance dont on sait pertinemment qu’en UI elle est plus que perfectible ?

Il faut donc écouter les remontées de salariés s’estimant écartés des réflexions et de toute évolution. Il faut pallier l’absence de vision sur le devenir des salariés et des métiers. Nos UI ont des salariés jeunes, plein d’avenir (certes il en faudrait beaucoup plus), il faut en priorité les convaincre pour l’UI de demain. Attention à ne pas décevoir toutes ces promesses tenues dans les différentes instances pour faire avancer ce projet de création de l’UI Est.

La CFDT en l’état vote contre ce projet et estime que les enjeux étaient ailleurs.

Le mardi 23 octobre, l’autorité de régulation des télécoms, l’ARCEP, a donné un carton jaune au métier de l’intervention donc aux UI en promettant le carton rouge dès 2019. En diminuant les effectifs aussi vite sans revoir en profondeur l’organisation, nul doute que le réseau allait s’écrouler.

Le défi est immense, bien au-delà de la fusion des UI.

Téléchargement : En Direct du CE DO Est – Spécial UI

Mots clés : , , ,
Administrateur

Voir tous les articles de : Administrateur

Articles similaires

Nous connaître

Qui sommes nous ?

Abonnez-vous à notre newsletter