Le guide 2017 des élections chez Orange

Commentaires fermés sur Le guide 2017 des élections chez Orange 182

DES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES : POURQUOI FAIRE ?

LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

Du 7 au 9 novembre 2017, environ 100 000 salariés (contractuels et fonctionnaires) seront appelés à élire leurs représentants chez Orange dans les Comités d’Établissements et les instances DP.

Lors du premier tour de cette élection professionnelle, vous voterez :

  • pour élire vos représentants dans les 18 Comités d’Établissement (CE) ;
  • pour élire vos Délégués du Personnel (DP) ;
  • pour élire également vos représentants du personnel qui siègent au Conseil d’Administration du Groupe Orange.
  1. Les élus Délégués du Personnel (DP) présentent à l’employeur vos réclamations, individuelles ou collectives, relatives au respect du Code du travail, des conventions et des accords collectifs de travail applicables dans l’entreprise.
  2. Les élus des Comités d’Établissement (CE) et les élus du Comité Central de l’Unité Économique et Sociale (CCUES) investissent les domaines économiques, stratégiques et organisationnels de l’entreprise. Ils s’appuient sur les différentes commissions des CE et du CCUES, ont recours à des expertises économiques ou technologiques pour rendre des avis motivés. Leur second rôle est la création ou l’amélioration et la mise en place des Activités dites « Sociales et Culturelles » (ASC) en lien avec votre CE.
  3. Les représentants du personnel qui siègent également au Conseil d’Administration participent aux débats sur les orientations économiques et stratégiques de l’ensemble du Groupe Orange.

Depuis la loi de cohésion sociale de 2008, la représentativité des organisations syndicales est  déterminée par le résultat du vote CE premier tour titulaire.
Celles qui obtiennent plus de 10 % des suffrages peuvent désigner des Délégués Syndicaux (DS), qui négocient des accords d’entreprise.
Pour s’appliquer, un accord doit être signé par un ou plusieurs syndicats représentant plus de 30 %, voire 50 % des suffrages exprimés par les salariés (selon les types d’accords) et ne pas être contesté par des syndicats représentant plus de 50 %.
L’agrégation des résultats du vote CE dans toutes les entreprises du secteur des télécoms permet ensuite de mesurer la représentativité dans la branche des télécoms.

L’ÉLECTION DE NOVEMBRE 2017

Du 7 au 9 novembre 2017, vous élirez vos représentants CE et DP pour 3 ans, jusqu’à fin 2020.

  • Environ 500 élus titulaires et suppléants siègeront dans les 18 Comités d’Établissement (CE).
  • Des instances DP vont être définies dans les 124 Établissements Secondaires.

C’est donc avant tout une élection « locale » et vous voterez pour élire des collègues qui vous sont proches, travaillent avec vous et agissent au quotidien pour vous.

RÉMUNÉRATION

L’ACTION DE LA CFDT

DÉFENDRE VOTRE POUVOIR D’ACHAT PASSE D’ABORD PAR LA REVALORISATION ANNUELLE DE VOTRE SALAIRE. C’EST LE SENS DE L’ENGAGEMENT DE LA CFDT EN SIGNANT LES DERNIERS ACCORDS SALARIAUX.
MAIS D’AUTRES ÉLÉMENTS DE RÉMUNÉRATION S’AJOUTENT AU SALAIRE : INTÉRESSEMENT, PARTICIPATION, ABONDEMENT DU PEG OU DU PERCO ET LA POSSIBILITÉ DE MONÉTISER DES JOURS ÉPARGNÉS DANS LE CET VERS LE PERCO…

LA CFDT, PAR SON INVESTISSEMENT CONSTANT, PREND EN COMPTE TOUTES LES COMPOSANTES DE LA RÉMUNÉRATION POUR FAIRE DES PROPOSITIONS INNOVANTES, RÉALISTES ET ATTEIGNABLES.

LES SALAIRES

Chaque accord salarial annuel doit concerner tous les salariés, fonctionnaires ou de droit privé !

  • La CFDT revendique systématiquement une forte revalorisation des premiers niveaux de salaire pour les collaborateurs comme pour les cadres en dessous du plafond de la Sécurité Sociale.
  • Grâce aux mesures spécifiques obtenues ces dernières années par la CFDT, les écarts salariaux entre les femmes et les hommes se sont estompés.
  • Les fonctionnaires non cadres, grâce à la ténacité de nos négociateurs, ont vu leur complément Orange revalorisé de 1.305€/an cumulés depuis l’accord de 2010. Ainsi, leur rémunération a pu progresser malgré une période de gel du point d’indice de plusieurs années, ce que la CFDT a toujours contesté et contestera encore auprès des pouvoirs publics.
  • La CFDT s’attache à garantir le pouvoir d’achat des salariés de droit privé en emportant des accords supérieurs à l’indice d’inflation de l’INSEE (en 2017 une enveloppe de 1,4 % hors « reconnaissance » a été dégagée pour un indice INSEE à 1 % sur un an).
  • La CFDT a obtenu de la transparence et de la cohésion dans l’application des accords salariaux en obtenant en 2015 une date unique d’augmentation pour tous au 1er janvier de chaque année et en 2017 un budget spécifique pour les consolidations, des accords sociaux de 1990 et 1997, ainsi que des accords salariaux 2013 et 2014.

L’accord portant sur la « Reconnaissance des compétences et des qualifications », signé par la CFDT en février 2017, donne à chaque salarié une vision sur ses possibilités d’évolution de carrière, avec un réel impact sur la fiche de paie.
À l’intérieur de chacune des classifications sont définis des paliers correspondants à des degrés de maîtrise du poste :

  • palier de « base » (niveau d’entrée dans le poste) ;
  • palier « opérationnel » (autonomie concernant les tâches courantes) ;
  • palier « avancé » (autonomie dans la quasi-totalité des situations) ;
  • palier de « référence » (traitement de tous les cas y compris complexes).

Le passage du palier « opérationnel » au palier « avancé » se concrétise par une progression salariale d’au minimum 2 %. Le passage du palier « avancé » au palier « référence » est reconnu comme une promotion et se concrétise par une progression minimale d’au moins 4 %.
Certaines situations individuelles (classification B, DA, pas de promotions depuis 10 ans) sont aussi traitées.

Consciente de vos attentes, la CFDT veut combiner le levier des salaires, mais aussi celui des parcours professionnels, au travers de l’accord Reconnaissance, et ainsi permettre à chaque salarié de se projeter dans l’avenir au travers d’évolutions de carrière et de progression salariale.

ET DEMAIN, SUR LES SALAIRES ?

La CFDT ne lâchera rien sur :

  • des mesures collectives significatives garantissant l’augmentation du pouvoir d’achat ;
  • un encadrement strict des mesures individuelles, basées sur des éléments objectifs bénéficiant d’une appréciation contradictoire entre le salarié et son manager ;
  • la poursuite d’efforts probants sur les bas salaires, tant pour les collaborateurs que pour les cadres.
  • l’éradication définitive des écarts salariaux entre les femmes et les hommes ;
  • la poursuite de la revalorisation du complément pour les fonctionnaires et l’application intégrale de la revalorisation des grilles indiciaires (PPCR), ainsi que la mise en oeuvre d’un accord « contrat santé / prévoyance collectif » pour tous ;
  • la poursuite de la correction des situations individuelles avec un supplément de budget jusqu’à leur complète résolution.

Dans toutes les négociations du domaine de la rétribution et du pouvoir d’achat des salariés, la CFDT cherche à réduire tous les écarts existants entre les différents statuts de personnel dans l’entreprise.

ET DEMAIN, SUR LES AUTRES COMPOSANTES DE LA RÉTRIBUTION ?

La CFDT s’engage sur :

  • l’intéressement : n’oublions jamais qu’il ne peut exister sans accord signé ! La signature de cet accord triennal par la CFDT, garantit à chacun des gains substantiels, grâce à vos efforts qui permettent l’atteinte des objectifs que nous avions négociés sur les résultats du périmètre France ;
  • la participation : elle redistribue vers les salariés une part des bénéfices d’Orange. Une formule légale fixe le minimum de « l’enveloppe » consacrée à la participation. Sans l’accord arraché en 2013 par la CFDT, permettant d’enrayer la baisse du chiffre d’affaire et récompensant à sa juste valeur l’implication continue des salariés, les montants distribués aux salariés auraient été plus de dix fois moindres.

C’est par l’engagement de la CFDT dans ces négociations et avec la signature de ces accords, grâce à la représentativité que vous nous aviez accordé en 2011 et 2014, que ces avancées ont pu être obtenues !

À l’occasion du plan d’attribution d’actions gratuites, proposé par Stéphane RICHARD au Conseil  d’Administration où siège notre représentant du personnel, la CFDT a pesé pour assouplir les conditions d’attributions à certains personnels qui auraient pu être privés de ce dispositif (départ en retraite, cas d’invalidité, temps de référence minimum de présence dans l’entreprise…) et également pour permettre ces actions sur le Plan d’Épargne Groupe (PEG) avec un intérêt sur la fiscalité correspondante.
La CFDT défend un équilibre dans les différents éléments de la rétribution, pour que certains d’entre eux ne prennent pas trop fortement le pas sur les salaires qui doivent rester le socle de base. Pour la CFDT, l’actionnariat salarié vient compléter le pouvoir d’achat, mais également la place de cet actionnariat salarié dans le capital de l’entreprise en ces moments incertains d’une participation moindre de l’État.

EMPLOIS & TERRITOIRES

L’ACTION DE LA CFDT

L’ACTION DE LA CFDT ET LA SIGNATURE DE PLUSIEURS ACCORDS FAVORISE L’INSERTION DE NOUVEAUX EMBAUCHÉS ET APPORTE À TOUS DES GARANTIES D’ACCÈS À L’EMPLOI.

LA PRÉOCCUPATION TERRITORIALE CHEZ ORANGE

Pour la CFDT, la « diversité géographique » doit être une préoccupation prioritaire afin que tous les salariés d’Orange puissent accéder à un emploi de qualité, exercer une activité dans des conditions décentes ou bénéficier d’un parcours professionnel, à « la ville » comme à « la campagne », en province, en Île-de-France ou dans les DOM.
Mais les départs en fin d’activité de l’entreprise sont nombreux (1/3 des effectifs entre 2012 et 2020, avec un pic depuis 2015) et plus particulièrement dans certaines régions ou sur certains métiers. La tendance de l’entreprise est d’effectuer les recrutements sur les grandes métropoles, dont la région parisienne : la CFDT s’exprime régulièrement sur le rééquilibrage des emplois sur le territoire, plus particulièrement entre l’Île-de-France et la province, principe d’ailleurs obtenu et écrit dans le récent accord sur les transformations liées au numérique dans notre Groupe. Cette revendication sera réaffirmée lors de la renégociation de l’accord GPEC début 2018.

Pour la CFDT, la GPEC doit aussi permettre :

  • l’équilibre entre la recherche de compétences immédiates (internes ou externes notamment dans notre vivier d’alternants) et la facilitation de parcours professionnels dans la durée ;
  • la sortie d’un processus de recrutement encore trop centralisé qui prive les managers de perspectives et les amène à pratiquer le grand écart entre objectifs à tenir et ressources permises ;
  • le renforcement du travail partenarial avec une complémentarité des différentes activités, une pluralité des métiers, une transversalité de compétences dans les domaines proches et une organisation du travail novatrice et valorisante pour les salariés ;
  • l’analyse par nos élus de l’ensemble de la force au travail (moyens internes + sous-traitance) pour permettre les alertes sur un niveau éventuellement trop élevé d’externalisation de nos activités.

UNE GPEC TERRITORIALE CHEZ ORANGE

La revendication « vivre et travailler au pays » que la CFDT porte depuis plus de 20 ans est le fil conducteur des deux
derniers accords GPEC signés en 2011 et 2014 où la CFDT a obtenu un outil innovant basé sur une approche territoriale proche de vos réalités, avec 83 « bassins GPEC » :

  • l’entreprise doit donner des informations régulières sur les évolutions des effectifs et des activités sur tous les sites ;
  • ces informations permettent à vos représentants et à vos négociateurs CFDT d’agir pour que vous ayez la maîtrise de vos propres parcours professionnels en lien avec l’évolution de la filière numérique, dont Orange est un des acteurs ;
  • rappelons que la CFDT a verrouillé le principe de la mobilité basée sur le volontariat en obtenant la définition de 200 « bassins de vie », pour être plus proche de vos lieux de vie et travail.

SALARIÉS EN SITUATION DE HANDICAP

En juin 2017, la CFDT a signé un nouvel accord triennal vous garantissant un soutien accru pour vous permettre de vous maintenir en situation d’emploi, mais aussi de construire votre parcours professionnel. Un accompagnement spécifique doit
vous permettre de trouver localement les solutions en matière d’accès et d’aménagement de poste ou d’organisation du travail, dont notamment le télétravail ou la télé-activité.
Ce nouvel accord qui maintien le dispositif TPSH, améliore également les objectifs quantitatifs de recrutement, d’accueil d’alternants et de stagiaires en situation de handicap, et leurs cursus de formation.

DES EMPLOIS PARTOUT & POUR TOUS

LE TÉLÉTRAVAIL CHEZ ORANGE

Le 1er accord signé par la CFDT (2009) encadrait la mise en œuvre du télétravail.
Avec l’appui d’un bilan très satisfaisant, la CFDT avait signé en 2013 un 2e accord à durée indéterminée qui enracine ce mode d’organisation du travail.
Avant d’envisager toute fermeture de services ou de sites conduisant à des mobilités géographiques forcées, la pertinence du recours au télétravail ou au travail à distance doit être systématiquement examinée.
Cependant, le télétravail ne se limite pas à gérer la fin d’activité sur des petits sites. Il doit vous permettre également  d’organiser votre équilibre vie privée / vie professionnelle, en organisant votre travail autrement.
En 2017, la CFDT a revendiqué l’ouverture d’une nouvelle négociation sur la revalorisation et l’indexation de la prime forfaitaire annuelle, ainsi que pour l’extension du télétravail à nos collègues vivant en secteurs transfrontaliers.
La CFDT revendique toujours l’attribution de titres restaurant pour les télétravailleurs.

MAINTIEN DANS L’EMPLOI DES SENIORS ET COMPÉTENCES NOUVELLES

L’accord Intergénérationnel signé par la CFDT en 2015 a confirmé, au travers d’un nouveau dispositif, le Temps Partiel Seniors (TPS). Toujours sur la base du volontariat, il permet aux salariés « seniors » de gérer leur fin de carrière. Cet accord interdit toute mobilité non souhaitée par les salariés à moins de 3 ans de la retraite. Il garantit des mesures pour le maintien dans l’emploi des seniors, via un environnement adapté pour ces salariés (poste de travail, équipements, recours au télétravail…), des entretiens d’évolution professionnelle, et la poursuite du Temps Partiel Aidé (TPA).

Cet accord Intergénérationnel porte un double objectif :

  • améliorer la situation de l’emploi en France en favorisant l’embauche de jeunes sur des emplois pérennes ;
  • et répondre aux risques réels de pertes de compétences liés aux départs massifs en retraite de milliers de salariés actuellement.

Avec cet accord, la CFDT avait placé l’emploi au centre de ses exigences, avec l’embauche prévue sur 3 ans de 6 000 salariés minimum en CDI, 4 300 alternants et 7 500 stagiaires d’ici fin 2018, dont au moins 3 600 jeunes de moins de 30 ans.

Grâce aux travaux dans le cadre de la GPEC, nos élus peuvent analyser les écarts entre les besoins de l’entreprise et les ressources disponibles, et dans une période de forte baisse des effectifs, cela permet de mieux identifier les secteurs ou métiers en tension.
La CFDT a donc obtenu que depuis 2013 soit organisé un rendez-vous « Emplois » annuel avec le PDG et son DRH pour débattre sur ces écarts et les ruptures de compétences pour une prise en compte dans la politique de recrutement : ainsi, dès 2016, Stéphane RICHARD a annoncé lors du rendez-vous annuel sur l’emploi la création de 1 000 embauches supplémentaires, portant l’engagement 2016-2018 de 6 à 7 000 nouveaux recrutements minimum.

QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

L’ACTION DE LA CFDT

LA CFDT AGIT POUR QUE LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL SOIT UNE RÉALITÉ QUOTIDIENNE.
FAIRE VIVRE LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL, FAIRE RESPECTER LES LOIS ET LES ACCORDS D’ENTREPRISE, VEILLER À CE QU’ORANGE TIENNE « SA PROMESSE » D’ÊTRE UN EMPLOYEUR DIGITAL ET SURTOUT HUMAIN EST, POUR LA CFDT, UN COMBAT DE TOUS LES JOURS.
LA CFDT S’ENGAGE ET NE LÂCHE RIEN, NI AU NIVEAU NATIONAL NI AU NIVEAU LOCAL, POUR EXIGER QUE CHAQUE PROJET DE TRANSFORMATION INTÈGRE CETTE DIMENSION ESSENTIELLE.

Évaluer et adapter la charge de travail

La santé, la sécurité, l’hygiène et l’amélioration des conditions de travail sont au coeur de l’action syndicale depuis l’industrialisation des moyens de production. Mais, l’avènement des activités de services et les changements induits par les technologies ont bouleversé ce champ traditionnel et ajouté un nouveau champ d’intervention que sont les risques psychosociaux (RPS).
Aujourd’hui, des problématiques de charge de travail réapparaissent, et peuvent être liées au constat que font les salariés de ne pas être assez nombreux pour absorber l’activité (c’est le sens des résultats du questionnaire stress du CNPS, confirmés par le baromètre social de l’entreprise). Les injonctions paradoxales, les processus inadaptés ou inexistants, et le Système d’Information sont toujours pointés du doigt.

Si la CFDT intègre ces résultats pour enrichir ses revendications, elle tient aussi compte des rapports de la médecine du travail et des avis de vos élus dans les Comités d’Établissements et les CHSCT.

Réorganisations multiples, pression plus marquée sur les objectifs dans un contexte concurrentiel difficile, devoir faire plus avec des effectifs parfois insuffisants pour produire un travail de qualité sont autant de motifs d’inquiétude du personnel conduisant à la démotivation et la perte de sens au travail. Les managers restent garants de l’atteinte d’objectifs de productivité et de rentabilité, mais sans en avoir les moyens dans un cadre de tension sur l’emploi qui heurte le bien-être et le vivre ensemble dans les services.

La CFDT prend en compte ces résultats et les différents signaux du terrain (via ses élus et militants) pour enrichir ses revendications notamment en matière de Qualité de Vie au Travail (QVT). Elle interpelle l’entreprise lorsque des tensions se font jour, comme cela est le cas dans les CHSCT, où elle réclame des évaluations de la charge de travail en amont de la mise en œuvre de grands projets ou en cas de déséquilibre constaté sur le terrain pour trouver des solutions adaptées.

CHARGE DE TRAVAIL : ÉVALUER ET ADAPTER

Tout en donnant des outils concrets aux salariés, à la ligne managériale et aux représentants du personnel, l’accord sur la Méthodologie d’évaluation de la charge de travail signé par la CFDT en 2016 permet notamment d’aborder dans des espaces dédiés tout déséquilibre de charge de travail et d’enclencher une évaluation afin de le résoudre.
Cet accord, augmente d’autant votre droit individuel de vous exprimer librement sur vos conditions de travail. Il réaffirme qu’il appartient aux représentants du personnel d’être vos porte-paroles (dans les CHSCT plus particulièrement), de défendre et de faire appliquer vos nouveaux droits.
Pour la CFDT, l’un des premiers moyens pour rendre visible une problématique de charge de travail, c’est d’abord l’expression des salariés, les mieux à même de parler de la réalité de leur travail dans son organisation comme dans son environnement. Cet accord redéfinit les Entretiens Individuels et rend désormais obligatoire un moment d’échange réel sur la charge de travail entre chaque salarié du Groupe et son manager.
Pour la CFDT, il devenait essentiel d’avoir une vision partagée de la charge de travail pour pouvoir résoudre des difficultés rencontrées localement, qu’elles soient individuelles et/ou collectives.

AMÉLIORER L’ORGANISATION DU TRAVAIL,
C’EST (RE)DONNER DU SENS AU TRAVAIL

POUR LA CFDT, UNE AUTRE APPROCHE EST POSSIBLE : CELLE QUI APPRÉHENDE LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL COMME UNE RESSOURCE À MÊME DE SE DÉVELOPPER PAR ET DANS LE TRAVAIL.

  • Les modalités d’organisation du travail influent directement sur la Qualité de Vie au Travail. Dans ce cadre, la CFDT demande que les marges de manœuvre des salariés et des cadres en particulier, prennent réellement corps.
  • De plus, la CFDT propose que l’étau sur l’emploi se desserre le plus rapidement possible. C’est ainsi que nous continuons à nous battre lors des rendez-vous « Emploi » pour obtenir des engagements fermes de la direction faisant suite à nos alertes en termes de recrutements sur les métiers et les géographies en tension.
  • L’action de la CFDT est aussi prospective : nous intégrons les « nouvelles façons de travailler ».
  • Les grands projets immobiliers et les déménagements importants qui en découlent se développent partout sur le territoire. Systématiquement, ceux-ci s’accompagnent d’espaces de travail en open-space et de bureaux nomades : la CFDT réaffirme que chaque salarié doit disposer d’un poste de travail, que les postes de travail individuels sont la norme. Les « desks sharing ou bureaux partagés » doivent rester exceptionnels.
    La CFDT est attentive à ce que l’optimisation immobilière ne réponde pas qu’à des objectifs financiers, mais que les projets, dès leur conception, se fassent avec vous au travers de vos représentants.
  • Les ruptures technologiques (évolution des outils informatiques, évolutions des outils de communication, digitalisation de la relation client…) impactent autant les organisations du travail que le contenu de votre travail : les gains de productivité et les gains de masse salariale doivent être utilisés pour libérer du temps (formation…) et non pour l’optimisation au plus serré « effectifs / activités » ; c’est le sens de l’accord sur l’Organisation du Travail signé en 2010 par la CFDT.

Pour la CFDT, les localisations d’activité doivent aussi intégrer les aspects de la vie personnelle des salariés :  logement, transports et coût de la vie dans les grandes métropoles doivent être étudiés.

Pour la CFDT, les nouvelles modalités d’organisation du travail, les rapides ruptures technologiques et la transformation numérique influent directement sur la vie au travail et il est nécessaire d’anticiper ces phénomènes afin de prévoir les risques
professionnels associés.
Vos élus CFDT (DP, CHSCT, CE, CCUES) et vos délégués syndicaux sont présents pour faire appliquer vos droits.

ACTIVITÉS SOCIALES & CULTURELLES

L’ACTION DE LA CFDT

FIDÈLE À SES VALEURS D’ÉQUITÉ, DE TRANSPARENCE ET DE SOLIDARITÉ, LA CFDT SOUHAITE, AU TRAVERS DU BOUQUET LIBERTÉ, OFFRIR DES ACTIVITÉS SOCIALES ET CULTURELLES VARIÉES ACCESSIBLES À TOUS LES SALARIÉS QUELS QUE SOIENT LEUR STATUT, LEUR CE DE RATTACHEMENT, LEURS REVENUS OU LEUR SITUATION FAMILIALE : PAS D’EXCLUS !

Un budget équivalent à 2,25 % de la masse salariale globale de l’entreprise (95 millions d’euros en 2016) est réparti entre tous
les Comités d’Établissements d’Orange au prorata des effectifs garantissant ainsi l’égalité des moyens attribués à chaque CE.

Avec la CFDT, pas de CE « riches » ou « pauvres » !

Par son action, la CFDT a permis, dans la plupart des CE, de simplifier l’accès aux prestations avec un seul interlocuteur, votre CE, au travers du GUICHET UNIQUE.

La CFDT souhaite mettre en oeuvre lors de la mandature 2017/2020 des offres et des aides homogènes sur l’ensemble du territoire.

  • Un montant minimum d’un tiers du budget garanti pour tous, quel que soit votre quotient (soit 330 €).
  • Des prestations identiques pour tous les CE pour la rentrée scolaire, ou encore le CESU (Chèque Emploi Service Universel)
    accessible à tous.

La CFDT continuera également à développer ses offres sur :

  • les vacances « où je veux quand je veux » ;
  • la culture, le sport et les loisirs ;
  • la garde et les vacances des enfants ;
  • la centrale d’achat et ses bons plans ;
  • les actions de solidarité.

LE BOUQUET LIBERTÉ C’EST UNE OFFRE POUR TOUS, UN DROIT POUR CHACUN

La CFDT est également favorable à une offre nationale spécifique aux retraités, dans un cadre budgétaire maintenu à 5 % du budget global.

COUVERTURE SANTÉ PRÉVOYANCE

Signataire du contrat groupe collectif depuis 2001 pour les salariés de droit privé, la CFDT veille à préserver un haut niveau de prestations et à maintenir le régime à l’équilibre malgré des évolutions législatives qui, la plupart du temps, augmentent fortement les charges et taxes.
C’est ainsi que la CFDT a signé un avenant à cet accord, le 17 décembre 2015, qui permet de respecter les conditions « des contrats responsables » et ainsi de garder la fiscalité des contrats groupes.
La CFDT revendique le bénéfice de ce contrat groupe pour les fonctionnaires en s’appuyant sur l’accord l’ANI et par son engagement dans l’accord salarial 2014.
La CFDT a signé le 6 février 2015 l’accord portant sur l’aide au financement de la couverture complémentaire santé des fonctionnaires. L’aide actuelle est de 37,5 € par mois.

La négociation du contrat groupe pour les fonctionnaires est en cours.
Les revendications que porte la CFDT sont les suivantes :

  • Des garanties de remboursements des prestations équivalentes aux contrats groupes des contractuels.
  • Une participation d’Orange au même niveau de cotisation soit 60 %.
  • Permettre le choix pour le départ à la retraite :
    • conserver le même niveau de garantie que les actifs aux tarifs loi Évin ;
    • reprendre son contrat individuel à la Mutuelle Générale (MG) ;
    • choisir librement sa mutuelle.
  • La participation de l’employeur à la prévoyance comme pour le reste des salariés.

TRAVAILLER, OUI !
MAIS AUSSI SE LOGER ET SE RESTAURER !

LOGEMENT

L’État et les partenaires sociaux, dont la CFDT, ont engagé la réforme d’Action Logement au service du logement et de l’emploi.
Cette réforme structurante a fait d’Action Logement un groupe puissant et réactif, implanté localement, au plus près des besoins des entreprises, et doté d’une gouvernance paritaire renforcée qui doit permettre :

  • de faciliter l’accès au logement et donc à l’emploi de tous les salariés, sans oublier les travailleurs jeunes ou les travailleurs
    précaires ;
  • de construire plus et mieux, en garantissant l’équité de traitement entre les organismes du logement social, prioritairement dans les territoires tendus, là où les besoins en logements abordables sont les plus importants ;
  • de mettre en œuvre la capacité d’innovation d’Action Logement pour offrir des réponses adaptées à l’évolution des besoins et des modes de vie des salariés.

À ce titre, Orange verse chaque année à Action Logement plus de 18,7 M € via un collecteur.
En contrepartie, Action Logement propose différentes solutions logement aux salariés d’Orange pour ainsi leur faciliter l’accès
ou le maintien dans le logement : louer, acheter, faire des travaux, accompagnement de la mobilité et aide dans les situations d’urgence.
La CFDT est force de proposition et de contrôle par l’action et l’attention de ses mandatés dans les commissions logement du CCUES et de plusieurs CE.
De plus, la CFDT priorise son action en faveur des jeunes pour qui l’accès au logement est une réelle difficulté (développement de l’aide MOBILI-JEUNE) et de la mise en œuvre de la garantie VISALE (service de caution accordé par Action Logement au locataire pour prendre en charge le paiement du loyer et des charges locatives de sa résidence principale dans le parc privé en cas de défaillance). Cette adhésion est simplifiée et facilitée via le site visale.fr.
Enfin, les élus CFDT sont attentifs aux solutions proposées dans les situations d’urgence et à développer une relation de proximité pour les salariés en attente.

LA RESTAURATION

La CFDT défend un accès à la restauration pour tous les salariés sur tout le territoire en priorisant partout où cela est possible la
restauration collective. L’attribution des Titres Restaurant (TR) doit être systématique pour les personnels ne bénéficiant pas de moyens de restauration collective (éloignement géographique, horaires incompatibles ou salariés ayant un avenant de télétravail).
Le budget consacré à la restauration représente a minima 2,26 % de la masse salariale depuis 2013, (soit plus de 95 M€). Il est géré en délégation de gestion par l’entreprise et piloté en concertation avec les organisations syndicales. La CFDT n’est pas favorable à une gestion directe par un CE qui casserait ainsi l’égalité des conditions d’accès et de montant d’aide entre les salariés.
Chaque année, c’est presque 8 millions de repas servis par les 138 RIE d’ORANGE (Restaurants Inter-Entreprises) et 300 restaurants conventionnés. C’est aussi 2,86 millions de TR distribués.
La CFDT a obtenu une uniformisation de la participation de l’entreprise au TR, pour qu’elle soit au maximum du plafond autorisé par l’URSSAF, en IDF, dans les DOM comme en province.
Grâce au travail de la CFDT au sein de la Commission et à la mise en œuvre de la carte multiservices, à partir du 1er juillet 2017, ce sont 5,5 M€ de subventions supplémentaires qui seront répartis de la manière suivante :

  • augmentation générale de la subvention de 10 cts d’euros pour l’ensemble des 95 000 salariés.
  • élargissement de l’attribution de la « subvention majorée » pour les salaires des tranches de 35 000 à 38 000 € soit 6 000
    salariés concernés en plus, et au total c’est 65 000 salariés qui bénéficieront de cette subvention ;
  • la CFDT a également obtenu la création d’une « subvention + » (« bas salaires », apprentis, stagiaires) d’un montant
    de 1 € supplémentaire pour les salaires inférieurs à 28 000 €, cette subvention concerne 30 000 salariés.

LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES 2017

Pour cette élection « locale », le vote sera à nouveau et exclusivement électronique et vous voterez depuis votre poste de travail, ou depuis votre domicile (PC, smartphone…).

En signant l’accord du 31 janvier 2017 sur les grands principes du vote électronique, la CFDT a permis le vote électronique, proposant ainsi d’allier simplicité et sécurité. Par votre participation, vous confirmerez ce choix de modernité et de développement durable !
En cas de besoin, vous aurez la possibilité d’accéder à une assistance hot-line, joignable dès le 22 septembre 2017.

Le site de vote comporte un espace de communication sur lequel vous retrouverez l’ensemble de nos communications électorales CFDT et tous les renseignements sur les différents scrutins.

Entre le 16 et le 24 octobre 2017, vous recevrez l’ensemble du matériel qui vous permettra de voter par voie électronique pour les 3 élections CE, DP et Conseil d’Administration.

Le vote du 1er tour sera ouvert
du mardi 7 novembre 2017 à 7h00 (heure Paris)
jusqu’au jeudi 9 novembre 2017 à 17h00.

  • En cas de second tour CE ou DP, le vote sera ouvert du mardi 21 novembre à 7h00 jusqu’au mercredi 22 novembre 2017 à 14h00.
  • En cas de second tour élection Conseil d’Administration, le vote sera ouvert du mercredi 15 novembre à 7h00 jusqu’au vendredi
    17 novembre 2017 à 14h00.

LA CFDT POUR VOUS REPRÉSENTER À ORANGE

Fin 2013 (élection Conseil d’Administration), la CFDT devenait 1ère organisation syndicale du groupe Orange et 1ère dans l’entreprise maison mère (UES) fin 2014 lors de l’élection CE/DP, restant également 1ère organisation syndicale chez les cadres d’Orange. Ces résultats marquent l’intérêt grandissant des salariés
pour le syndicalisme d’engagement et de responsabilité que porte notre organisation.
En choisissant à nouveau des candidats CFDT pour vous représenter dans vos CE et vos instances DP, ainsi qu’au Conseil d’Administration, en novembre 2017, vous le confirmerez au sein d’Orange en France.
Chaque élu CFDT prend toute sa place dans les débats et intervient tant sur les réalités du quotidien des salariés que sur les
questions plus larges portant sur le développement et l’avenir de l’entreprise. Pour cela, chaque militant CFDT s’appuie sur la compétence collective de nos réseaux d’élus dans l’entreprise et peut compter sur le soutien de toute notre organisation.

La présence d’élus CFDT dans les CE est un véritable atout pour construire l’avenir d’Orange à l’horizon 2020 et au-delà.
Construisons-le ensemble !

AVOIR DES REPRÉSENTANTS DES SALARIÉS CE/DP

À Orange comme ailleurs, la CFDT dit depuis longtemps qu’il n’y a pas de développement d’entreprise sans prise en compte de toutes les parties prenantes dont celle des salariés. Le contrat social mis en œuvre à Orange doit éloigner l’entreprise des moments difficiles qu’elle a traversés, en raison de mauvais choix économiques et sociaux qui ont pesé avec des conséquences dramatiques sur le bien-être des salariés. Mais pour pérenniser la reconstruction du dialogue social, il faut pouvoir compter sur des organisations syndicales représentatives, et avoir des représentants CE/DP, plus particulièrement CFDT : c’est très important.

Laurent BERGER
Secrétaire Général de la CFDT

 

Téléchargement : Le guide 2017 de l’élection IRP chez Orange

Pour aller plus loin : Laurent BERGER : Élections professionnelles à Orange

Administrateur

Voir tous les articles de : Administrateur

Articles similaires

Nous connaître

Qui sommes nous ?

Abonnez-vous à notre newsletter